Meilleure télévision sur la nourriture et la cuisine sur Amazon Prime et BBC iPlayer

Meilleure télévision sur la nourriture et la cuisine sur Amazon Prime et BBC iPlayer

Perde de graisse

Ce guide couvre les meilleurs téléviseurs de cuisine et de cuisine sur Amazon Prime, BBC iPlayer et le lecteur BFI, après les meilleurs films et émissions de cuisine et de cuisine sur Netflix.

Alors que les meilleurs spectacles alimentaires de Netflix présentent des programmes contemporains, les meilleurs spectacles alimentaires sur Amazon Prime, BBC iPayer et BFI Player sont des documentaires et des émissions de cuisine vintage des années 70 et 90. Vous trouverez ci-dessous une sélection de spectacles, dont beaucoup rappellent et romancent une époque révolue; il existe des courts métrages sur les réalités du rationnement et de l’alimentation pendant la Seconde Guerre mondiale; ainsi que de nombreux documentaires contemporains du monde entier.

Il convient de noter que, comme Netflix, le contenu Amazon Prime répertorié ici est uniquement destiné au Royaume-Uni.


Les meilleurs spectacles culinaires sur Amazon Prime

Comparé aux soins attentifs de Netflix, Amazon est le Far West. Il y a plus de 220 pages de contenu de nourriture et de boisson, y compris des femmes au foyer inconnues qui partagent des recettes de famille, une émission de cuisine basée sur des dessins d’enfants, des histoires de nourriture de compagnie aérienne et d’autres « joyaux » cachés qui devraient peut-être rester cachés. Cette section ne recommande que des choses brillantes – mais, frustrant, de nombreuses séries documentaires ne comprennent qu’un nombre limité de saisons et d’épisodes, laissant le spectateur affamé de plus. Les fans de Masterchef notez que Masterchef Australie – largement considéré comme la meilleure itération – est disponible ici.

Anthony Bourdain: Parties inconnues

Il est difficile d’encadrer cette série documentaire révolutionnaire et primée, maintenant en termes d’héritage du défunt géant culinaire. Loin d’être un journal de voyage lucide, il n’évite pas les dures réalités de la vie dans des endroits non touristiques comme le Myanmar, Beyrouth et le Congo, des trajets cahoteux de 19 heures en train, aux descentes de police, au sentiment constant que le un présentateur intelligent et élégant peut être arrêté ou perdre la vie à tout moment. Il a fait de la nourriture politique d’une manière qu’aucune télévision sur la nourriture (sauf ses émissions) n’avait jamais faite auparavant. Ce qui pourrait être perdu en admirant son intelligence féroce, ses questions incisives et son énergie incroyable, c’est à quel point la série est extraordinairement bien écrite. Il existe de nombreux présentateurs de télévision que vous aimeriez regarder, mais un seul avec lequel vous aimeriez voyager.

Seulement sept saisons sur 12 sont disponibles, mais il y a aussi Sans réserves, L’escaleet moins connu Anthony Bourdain explique tout pour que votre correction Bourdain dure au moins quelques semaines.


Werner Herzog mange sa chaussure (1979)

Ce court métrage documentaire de 1979 n’est pas principalement consacré à l’alimentation: il s’agit d’une méditation du réalisateur allemand Werner Herzog sur les difficultés de réalisation de films. Il parle de la façon de faire un film dans la cuisine et promet au prochain réalisateur Errol Morris qu’il mangera sa chaussure si Morris réussit à terminer son film. Il n’a jamais été précisé s’il s’agissait d’un pari sérieux, d’une blague ou simplement d’un coup publicitaire, mais ce documentaire curieux capture l’intégralité de l’épisode légendaire avec style. Herzog est montré avec soin en remplissant ses chaussures usées avec des oignons entiers, de l’ail et du persil et en les faisant cuire dans de la graisse de canard au romarin et à la sauce au piment pendant cinq heures. Cela se fait dans la cuisine de Chez Panisse, habilement assistée par la chef-patronne Alice Walters qui lui conseille de manger des chaussures avec des haricots, des oignons et de l’ail cru.

Lorsque le film de Morris est présenté au UC Theatre de Berkeley, en Californie, Herzog tient sa promesse et mange une partie d’une chaussure avec du ketchup et de la bière, la scène juxtaposée à la célèbre scène de manger des chaussures de Charlie Chaplin dans La ruée vers l’or. Ce qui n’est pas montré, c’est que, des années plus tard, Chez Panisse a rendu hommage à cet événement en faisant bouillir et en mangeant une réplique de la chaussure lors de la célébration de son 40e anniversaire.


L’ail vaut dix mères (1980)

Les Blank, le créateur de Werner Herzog mange sa chaussure, a également filmé cette lettre d’amour à l’ail – le titre curieux fait partie d’un vieil adage « l’ail vaut dix mères pour éloigner les filles ». En savoir plus sur l’histoire, la culture et les bienfaits pour la santé de l’ail; et présente plusieurs plats qui ne semblent pas déplacés dans une cuisine moderne: le poisson du Yucatan, par exemple, et les figues à l’ail, au vin rouge, à l’orange et au miel. Les experts expliquent comment les anciens Américains puritains ont adopté avec enthousiasme la rose puante, ce qui en fait le deuxième arôme le plus populaire à l’époque (après le poivre noir) parce que les anciennes structures sociales se sont effondrées; et l’intérêt pour les épices, la phytothérapie, la médecine populaire et la cuisine européenne et méditerranéenne avait augmenté.

Ici aussi, Alice Waters et Werner Herzog apparaissent brièvement; et les cinéphiles aux yeux d’aigle le remarqueront Paris, Texas le réalisateur Wim Wenders était l’un des cameramen. Le Gilroy Garlic Festival et le célèbre Chez Panisse Garlic Festival sont tous deux en vedette; et un message apparaît à l’écran sur le soutien aux personnes qui cultivent nos aliments. Lors de la première du documentaire à New York, les huissiers ont parcouru les couloirs avec des pots d’ail qui grésillaient; et le réalisateur a suggéré d’allumer un four grille-pain rempli d’ail pour améliorer l’expérience visuelle avec son odeur. Vous aimeriez peut-être faire de même.


Soupe de tortilla (2001)

Ce film de bien-être est la version hispanique du classique taïwanais d’Ang Lee Mangez Boisson Homme Femme. Hector Elizondo agit comme un ancien chef avec trois filles adultes, qui a perdu le sens du goût et de l’odorat. D’une certaine manière, cela ne l’empêche pas de préparer chaque jour des repas très élaborés qui semblent étonnants. La préparation des plats et le menu sont réalisés par les chefs Mary Sue Milliken et Susan Feniger, spécialisés dans la cuisine mexicaine contemporaine. Le message est de vivre pleinement sa vie et de réaliser ses rêves … tant que vous avez une famille autour de vous, un garde-manger bien garni et l’habitude de faire toutes les annonces principales à table. Il est pâteux, charmant, mélodramatique et complètement prévisible, à l’exception d’une petite torsion que vous ne verrez peut-être pas venir.


Histoires culinaires cubaines (2018)

Ce documentaire financé par Kickstarter, par les producteurs exécutifs de Jiro Dreams Of Sushi, présente un regard approfondi et multi-perspectives sur la cuisine cubaine. Le réalisateur Asori Soto a grandi à Cuba dans les années 1990, où plus de 50 ans d’isolement et d’extrême pauvreté avaient laissé les gens survivre à peine plus que du pain avec du sel et de l’eau avec du sucre. Il est parti en 2008, mais est revenu tourner le film une décennie plus tard, lorsque Cuba a commencé à s’ouvrir après la levée de l’embargo, pour constater que l’héritage culinaire du pays avait presque été effacé. Ce documentaire magnifiquement filmé raconte les histoires individuelles de pêcheurs, de chefs, d’un professeur de cuisine, d’un fermier, d’un vendeur d’aliments de rue, d’un hôte, d’un restaurateur et d’un caféiculteur, tous essayant de ramener des ingrédients oubliés et des plats traditionnels. Les cinéastes ont voyagé dans toutes les provinces, parfois en radeau, à cheval ou en nageant, pour atteindre même les coins les plus reculés. La nourriture cubaine est actuellement à un point important: elle a ses racines et commence à évoluer, mais est encore relativement « intacte » en raison du manque de chaînes internationales de restauration rapide.


crostini (2010)

Lorsque les mémoires de l’écrivain bien-aimé Nigel Slater ont été publiés au début des années 2000, c’était tout ce dont l’industrie alimentaire pouvait parler pendant des mois. Ce film de la BBC basé sur un livre capture magnifiquement la Grande-Bretagne dans les années 1960 et 1970, dans une fabuleuse bande originale de Dusty Springfield. Tourné dans des couleurs terreuses d’automne, l’histoire se déroule dans un Wolverhampton de crème à salade, de violettes de Parme, de gâteaux Fray Bentos, de miettes grillées sur une cheminée, de bouteilles de lait gratuites dans les écoles, de danses maçonniques, de conserves chauffées dans de l’eau bouillante et les spaghettis à la bolognaise – qui sont considérés comme incroyablement exotiques. Helena Bonham Carter offre des performances exceptionnelles en tant que belle-mère « commune » plus propre et détestée; et Slater lui-même surprend avec un petit caméo.


Raja Rasoi Aur Anya Kahaniyaan

Cette série extraordinaire d’histoire de la cuisine indienne, dont le nom se traduit par «rois, cuisines et leurs diverses histoires», est également l’un des meilleurs spectacles culinaires sur Netflix – mais contrairement à Netflix, Amazon Prime propose les deux saisons . La seconde est importante: alors que la première saison ne comptait que 11 épisodes, la seconde est beaucoup plus longue avec 24. La série offre un aperçu des vraies cuisines de l’Inde dans différentes villes et États, retraçant l’origine des plats de signature . La grandeur exposée est stupéfiante: par exemple, dans l’histoire d’un nizam Hyderabadi avec « la plus grande table à manger au monde pouvant accueillir 101 personnes », il n’a eu qu’à indiquer un objet dans un grand tableau de « 26 groupes alimentaires » pour que le son chef cuisine le plat qu’il préfère, sans avoir besoin de menus.

Avec des historiens de la nourriture respectés et d’autres experts, une narration hindi de haut niveau (les sous-titres sont bien, mais ne captent pas tout à fait la poésie de la langue utilisée) et une cinématographie magnifique, c’est un must pour les amateurs de cuisine indienne. Raja Rasoi Aur Andaaz Anokha, Une spin-off à domicile avec le chef indien Ranveer Brar mérite également d’être regardée.


Une bouchée de Chine

Diffusée à l’origine par la télévision centrale de Chine en 2012, cette somptueuse série documentaire gratuite est devenue un énorme phénomène mondial à l’époque et a été promue comme un véhicule pour introduire la cuisine chinoise aux non-chinois. Rapporté en anglais, le film explore l’histoire, les techniques de cuisson, les ingrédients, les plats et les pratiques agricoles de plus de 60 sites en Chine, à Hong Kong et à Taiwan. Il y a de superbes gros plans de pousses de bambou du tonnerre, de gâteaux de riz à neuf couches colorés avec des ingrédients naturels tels que la ciboulette verte et le lait de riz faits maison, des nouilles au couteau, des gâteaux aux noix et plus encore. L’attention générale est portée à la nutrition ultra-saisonnière et au vivre en harmonie avec la nature.

Seule la deuxième saison est disponible (un et trois ne le sont pas), donc ce ne sont que huit épisodes sur un total de 22 – mais ça vaut quand même le coup d’oeil. (Il peut y avoir un étrange problème technique, mais persévérez et il se corrigera). Si vous avez aimé Origine savoureuses sur Netflix, c’est papa. Considérez également Une bouchée de Shunde, une mini-série de la même équipe sur les spécialités régionales et l’évolution de la culture alimentaire de Shunde, un district de la province de Guandong dans le delta de la rivière des Perles.


Cannoli: traditions autour de la table (2018)

Entièrement axé sur le célèbre dessert sicilien, il s’agit d’un court métrage documentaire doux et primé réalisé par plusieurs membres de la famille Cordaro de New York. Le film appétissant explore les différences entre la façon dont il a été fabriqué en Amérique et en Italie, réunissant plusieurs générations de familles pour maintenir la tradition. Cannoli est comparé aux bijoux en or et en argent; et chaque phase de la production de ricotta, de pâtes et de garnitures est démontrée en détail. Il existe des pépites d’informations intéressantes sur son histoire: comment il a été produit à l’origine au printemps alors que le lait était abondant avant l’accouplement des animaux et comment sa forme phallique symbolise la fertilité et une nouvelle vie.


Le plat pérenne

Gagnant de prix prestigieux et favori dans les festivals de cinéma, Le plat pérenne est une collection de centaines de très courts documentaires réalisés par l’équipe de femme et mari, la graphiste Mirra Fine et l’ancien chef Daniel Klein. Explorez les histoires, la culture alimentaire locale, les traditions, les problèmes de durabilité et les produits artisanaux de différents pays du monde.

Voici quelques-uns disponibles: divisés en deuxième saison (dix épisodes de trois à 20 minutes en Irlande) et en troisième saison (cinq épisodes de deux à neuf minutes en Nouvelle-Écosse) mais, confusément, les deux sont tirés de la quatrième saison. L’effet est quelque peu irrégulier, comme parcourir un magazine et trouver des histoires sans rapport illustrées avec différentes polices, graphiques et images. La meilleure façon d’apprécier ce projet ambitieux est peut-être de s’en faire une idée en regardant quelques épisodes ici, puis en continuant sur son site Internet où ils sont tous disponibles.


Les meilleurs spectacles culinaires sur BBC iPlayer

De loin, les meilleures choses à regarder sur BBC iPlayer sont des émissions de cuisine vintage. Oubliez les programmes contemporains: ils pâlissent en comparaison, à l’exception notable du documentaire fondamental Les sales secrets de Clean Eating – et asseyez-vous avec des serviettes et des plats correctement pliés pour vous immerger dans les offres rétro de Delia Smith, Fanny Cradock, Keith Floyd, Ken Hom et Madhur Jaffrey.

Fanny Cradock vous invite à … une soirée fromages et vins

Fanny Cradock est très amusante. Ce court épisode noir et blanc de 1970 du formidable présentateur impeccablement habillé, qui montre sa cuisine bien organisée, la montre alors qu’elle prépare des plats de fromage de plus en plus improbables. Ceux-ci comprennent des frites, une fondue froide à l’omelette aux épinards et au poulet, une « fausse fondue » rapide à base de fromage Lancashire et une trempette de camembert mariné dans du vin avec des bretzels. Cradock a l’air légèrement démente, devenant constamment en désordre et se nettoyant après elle-même; et la nourriture n’a pas l’air appétissante, la télé est vraiment convaincante. Fanny Cradock cuisine pour Noël, avec cinq épisodes de 14 minutes, il propose des plats directement du Dîner des années 70 Twitter compte.


Cours de cuisine Delia Smith

Delia Smith est également une mère d’école dans cette série de 1978 – mais sa voix rassurante et rassurante et son style entrepreneur fort sont loin de Fanny Cradock. En dix épisodes, il explique les principes fondamentaux de la cuisine avec des œufs, du pain, des pâtisseries, du poisson, des rôtis et des rôtis de viande, des sauces, des épices, des légumes d’hiver, des légumineuses et des puddings. La série était un phénomène à l’époque, et elle est toujours très pertinente aujourd’hui. Il y a des courts métrages et des graphiques qui montrent comment les ingrédients sont produits et comment ils doivent être choisis, et des conseils sur le meilleur équipement de cuisine pour la tâche. Son succès a fait de Delia un nom connu.


Cuisine chinoise par Ken Hom

Ken Hom a enseigné à la Grande-Bretagne à cuisiner des plats chinois lors de sa première apparition à la télévision en 1984. En huit épisodes, un Hom jeune, confiant et charismatique montre comment cuisiner du poisson, des collations, du riz, de la viande, des spaghettis et des légumes. L’attention se concentre sur la technique; et sa présentation est propre et bien rangée. Un épisode est consacré à la production de canard de Pékin, tandis qu’un autre concerne les techniques de friture. Il y a des courts métrages pour expliquer la cuisine de rue chinoise et la tradition des dim sum qui auraient été une nouveauté à l’époque; et des présentations prudentes d’ingrédients tels que la sauce de soja légère, l’huile de sésame et les grains de poivre du Sichuan. Un livre accompagnant la série était également très populaire.


Floyd sur France

Quiconque pense que Jamie Oliver a fait la cuisine pour les enfants britanniques est trop jeune – et quiconque ne sait pas que Jamie Oliver était cool est encore plus jeune. Keith Floyd a inspiré une génération d’hommes des années 80 et 90 à entrer dans la cuisine et avec cette série de sept épisodes, il est facile de comprendre pourquoi.

Le bon viveur démarre avec la phrase « faire des émissions de télévision n’est pas seulement de la bière et des quilles, parfois c’est du champagne et des roses ». Plus tard, il dit – un verre de vin à la main – « ce que j’aime faire, c’est aimer, discuter, boire ». Contrairement à sa vie personnelle troublée et à sa mort tragique, Floyd dans l’appareil photo est charismatique, plein d’esprit, un voleur adorable, le bel oncle aux escapades colorées. Il est bien parlé et irrévérencieux, parle directement avec le caméraman, dit à quelqu’un de l’interrompre, gronde la BBC pour le petit budget et est généralement sincère au sujet du chaos du tournage.

Soulignez l’importance d’acheter de bons ingrédients – une idée qui était si innovante à l’époque qu’elle taquine constamment le public britannique pour ses mauvaises habitudes d’achat et d’alimentation. En cuisinant la Provence, le Périgord, la Bourgogne, l’Alsace, le Pays Basque et la Bretagne dans une bande-son rock and roll, il est clair que c’est le type de nourriture qui est toujours d’actualité, ainsi qu’une leçon sur les câlins la vie et le plaisir à chaque instant fugace.


Saveurs de l’Inde par Madhur Jaffrey

La chose la plus surprenante à propos de cette série de six épisodes de 1995 est la sensation contemporaine. En termes techniques, oui, l’apparence a vieilli; mais le format du journal de voyage – qui implique un chef célèbre cherchant des ingrédients régionaux et cuisinant dans des endroits merveilleux – est exactement comme cela se fait aujourd’hui. La seule différence est que ces jours-ci, il est souvent un chef célèbre de sexe masculin blanc qui part à l’étranger, découvre les bases de la cuisine locale, puis cuisine pour les personnes qui lui ont enseigné; voici une rare chance d’apprendre d’un expert de la cuisine indienne calme et de bonne foi.

En avance sur le temps pour mettre l’accent sur la région de la nourriture indienne en Grande-Bretagne – une idée qui a eu beaucoup de succès plus tard – Jaffrey traverse les cuisines du Kerala, du Bengale occidental, du Tamil Nadu, de Goa, du Punjab et du Gujarat. Elle est particulièrement douée pour démontrer la technique et expliquer l’utilisation des épices. La série met en évidence un véritable accent: que les plats classiques sont intemporels et ne se démodent jamais; ce ne sont que ceux avec des « rebondissements modernes » qui finissent par devenir horriblement datés.


Les meilleurs spectacles culinaires sur BFI Player

Géré par le British Film Institute, ce service de streaming s’adresse principalement aux cinéphiles vivant à Londres. Pour le moment, il ne semble pas y avoir de films sur la nourriture présentés dans sa section « abonnements », mais les termes de recherche pour « nourriture » et « cuisine » dans la section « gratuit » font apparaître un grand nombre de courts métrages classiques. Ces archives nationales soigneusement conservées sont un véritable trésor, un terrier de lapin tordu débordant de surprises.

Santo Stefano

Pourquoi Dorothy Sleightholme n’est-elle pas mieux connue? Pourquoi n’y a-t-il même pas de page Wikipédia à son sujet? Il a présenté une émission de cuisine de jour à Yorkshire Television qui a duré près de 20 ans depuis 1971 (se poursuivant avec un autre présentateur après sa mort prématurée) – mais alors que ses contemporains Fanny Cradock et Delia Smith ont trouvé la gloire, ils ne l’ont pas a fait. Cela a peut-être à voir avec le fait d’être une figure simple et simple d’une grand-mère du Yorkshire qui a montré un tarif quotidien pratique, bon marché, amical et simple plutôt qu’élégant.

Dans ce court épisode de 1973 d’elle Cuisine de ferme la série – la seule disponible – montre quoi faire avec le reste de la dinde: salade de dinde à la sauce à la crème garnie de paprika et de persil frisé; dinde au four avec plus de crème, cette fois avec du xérès et de la muscade; risotto aux grains longs avec raisins secs; pate avec, oui, encore plus de crème; et deux types de soupe au bouillon à base de carcasses. Il fait de la chapelure à partir de croûtes jetées, révèle que le club peut être acheté par un chimiste « si vous vous sentez aventureux » et explique comment obtenir le livre de cuisine à 1,35 £ qui accompagnait la série. Elle mérite d’être mieux connue.

Conserver les légumes à l’extérieur

Ce film en noir et blanc de 9 minutes a été réalisé en 1941 par le ministère de l’Information et la Royal Horticultural Society, dans le cadre de la campagne « Creuser vers la victoire » du gouvernement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale pour encourager tout le monde à cultiver vos propres fruits et légumes. Démontrer le processus de stockage des légumes-racines à l’extérieur en utilisant une méthode traditionnelle appelée «serrage» pour les garder «sûrs et frais». Une grande fosse, recouverte de paille, remplie de pommes de terre en forme de pyramide et recouverte de plus de paille et de terre, est traitée avec un traitement similaire donné aux carottes. Il vaut la peine de voir si vous cultivez des légumes pendant le bloc ou si vous prévoyez de le faire.

Soleil à Soho (1956)

Ce court documentaire de 1956 est magnifiquement tourné dans des couleurs picturales, avec une lueur dorée du soleil d’été tout en bas. C’est une lettre d’amour pour les repas hors scène à Soho, le festival d’été annuel, le théâtre, le club de jazz et la vie nocturne. Seul le premier tiers du film porte sur la nourriture et comprend le marché de Berwick Street, des restaurants, des épiceries fines et des cafés tels que les magasins de café algériens; plus quelques barres à la fin. Ce n’est pas un film sur la nourriture, mais une occasion d’apprendre à quel point Soho était multiculturel à cette époque et à quoi il ressemblait avant la gentrification. Quelqu’un manque dans les restaurants du centre de Londres: regardez, étonnez et séchez cette larme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *